Sélection du message

Alcool au volant : quelle prévention ?

Les bénévoles de l'Association Auvergnate de l'association Non à la drogue, oui à la vie poursuivent leurs actions de prévent...

Rechercher dans ce blog

dimanche 12 août 2012

Alcool - prudence sur les routes




Avec les vacances et le nombre croissant de touristes en Auvergne, Les bénévoles de l'association Non à la Drogue Oui à la Vie Auvergne se sont attachés ce weekend A Clermont-Ferrand, Place des Salins à faire de la prévention sur l'alcool et le cannabis au volant.

Le livret sur l'alcool récapitule les faits importants et ne cherche pas à déguiser la vérité :
"L'alcool est une drogue".

La définition d'une drogue est d'après les dictionnaires, une substance qui réunit trois conditions : 
1. Il s'agit d'un poison pour l'organisme
2. Il y a un effet d'acoutumance
3. Il y a un effet psychotrope c'est à dire une influence néfaste sur les perceptions et les réactions de l'individu à son environnement.

http://nonaladrogue-auvergne.blogspot.fr/2012/07/comment-agit-une-drogue-definition.html 

L'alcool obéit à cette définition. Il est classé comme un calmant, c'est à dire qu'il ralentit les fonctions vitales, provoquant de la difficulté à articuler, un manque de coordination des mouvements, des perceptions faussées et une incapacité à agir rapidement.

Quant à la façon dont l'alcool affecte le mental, il faut savoir qu'il s'agit d'une drogue qui réduit l'aptitude d'une personne à penser de manière rationnelle et modifie le jugement.

Bien que l'alcool soit classé comme calmant, l'effet obtenu dépend de la quantité consommée. La plupart de gens boivent pour obtenir un effet stimulant, mais si une personne consomme plus que ce que le corps peut supporter elle doit subir ensuite l'effet "déprimant".

D'après les passants rencontrés lors de nos stands, il ressort qu'ils pensent que l'alcool est un plus grand problème et est plus dévastateur que la drogue. 

En effet, en France, l'alcool est la principale cause de décès chez les jeunes entre 15 et 24 ans (27 % de conducteurs tués sur la route). Il représente aussi un danger considérable pour la santé publique : l'alcool est présent dans 15% à 20% des accidents industriels, 40% des crimes et délits et 80% des actes de violence dans les couples.

En terme de coût social l'alcoolisme représente en matière d’absentéisme, de perte de production et de frais médicaux un montant global pour la société de 17,6 milliards d'euros par an. Même si ces statistiques sont choquantes, chaque chiffre représente une vie perdue pour les familles et les amis des victimes.

Pourtant, quel français n'apprécie pas son petit verre à midi ou son apéro. Il y en a dans toutes les chaumières, à portée de main des enfants et ils ont l'exemple sous leurs yeux. On dit que l'alcool est un phénomène culturel en France, mais est-ce bien l'exemple que nous souhaitons donner à nos enfants ? ou l'exemple que nous souhaitons donner en tant que pays et culture ?


Il semble normal aux étudiants d'aller se soûler le week end pour "faire la fête". On parle de plus en plus de ces "binge parties" ou le jeu consiste à boire le plus possible d'un seul coup. 
En France le nombre de jeunes entre 15 et 24 ans hospitalisés pour cause de consommation excessive d'alcool a augmenté de 50 %. 

Le rapport 2011 de la DRASS concernant l'Auvergne trouvait préoccupant l'alcolisme chez les adolescents. D'après l'enquête INSERM effectuée auprès des 11-19 ans, l'Auvergne était en tête pour les consommations d'alcol et de tabac chez les jeunes l'Académie de Clermont-Ferrand détenant le record de consommation d'alcool chez les jeunes.

Sans parler d'abstinence totale il est grandement temps d'éduquer les plus jeunes, pas seulement sur l'aspect agréable et convivial lorsqu'il est consommé avec modération mais aussi sur le potentiel hautement nuisible de l'alcool lorsqu'on en abuse soit en consommant de grandes quantités d'un coup ou bien ce qui est le plus insidieux, la consommation régulière et fréquente même de quantités modestes.

Il existe une voie entre la prohibition ou la répression et la permissivité telle qu'on peut l'observer à l'heure actuelle. "A midi entre collègues, celui qui ne boit pas c'est celui qui est rejeté. On lui fait bien sentir qu'il est bizarre, pas dans le coup, on insiste, on se moque de lui" témoigne un jeune arrêté au stand, qui lui,  n'aime pas l'alcool par goût.

C'est pourquoi Non à la Drogue, Oui à la vie distribue ses brochures d'information tous les dimanches. On peut également visionner les clips videos et documentaires sur la chaîne Youtube "Viesansdrogue" ou sur le site  http://fr.drugfreeworld.org/home.html

Pour obtenir davantage d’informations sur les actions de l’association ou pour télécharger ou recevoir gratuitement ses publications, visitez le site internet : www.nonaladrogue.org Contact presse : Robert Galibert au             06 20 51 17 57      
Web Statistics